En plus d'une douzaine d'années de lectures (et écoutes) de témoignages d'asexuels, j'ai pu noter de très nombreux cas d'une asexualité acquise, pour de nombreuses raisons, mais, dans la majorité des cas, les personnes réfutent "le blocage", même lorsqu'il est évident (suite à un viol avec grande violence, par exemple)
C'est un peu comme s'il y avait refus de faire face à ses blocages, à ses phobies, comme si se dire asexuel innée apportait une certaine sérénité...